top of page

Festival de Montier en Der

Article de Michel Badia :


Le festival de Montier-en-Der est devenu au fil des ans un événement majeur dans le monde de la photo animalière (Photo Nature également dans une moindre mesure). 

L'aventure commence il y a 25 ans lorsqu'une bande de copains décide d'organiser un salon autour du Wildlife Photographer of the year. 4000 visiteurs les premières années... 

Et aujourd'hui, la 26ème édition, qui s'est déroulée du 16 au 19 novembre, a accueilli 44000 personnes! Ça fait du monde sur les 14 sites d'exposition.

Des grands noms de la photo sont présents chaque année : Yann Arthus-Bertrand, Vincent Munier, etc...et de jeunes photographes géniaux sont là aussi.


Cette année Véro et Gérard avaient une (superbe) photo exposée (voir ci-dessous)

Pour en savoir plus, aller sur la vidéo du site officiel (Faites défiler vers le bas) : www.photo-montier.org/




Montier en Der, en Haute Marne, pratiquement sur la route Nancy Paris, est une commune de ...2000 habitants (comparer avec le nombre des visiteurs pendant le festival) qui est devenue très connue

à cause du Festival. Mais  le Lac du Der aussi a sa renommée pour 2 raisons : la migration des grues qui font escale et la régulation de la Seine et de ses affluents. Ce sont les terribles crues à Paris en 1910 puis en 1924 

qui ont poussé à la construction de barrages-réservoirs. Comme chaque fois dans des circonstances analogues , il a fallu détruire des hectares de forêt, des fermes et 3 villages. Il ne reste qu'une église en place: 

Beaucoup a été reconstruit dans les villages proches.

Le lac et les étangs voisins font partie de la Zone Importante pour la Conservation des oiseaux en Champagne Ardenne.

Situés sur l'un des principaux axes migratoires de France, ils ont un rôle majeur: 200 espèces d'oiseaux et plus de 300 000 grues cendrées. de passage.

Ce sont les grues, en cette période de l'année, qui boostent le nombre de visiteurs. Il suffit de se lever tôt, de ne pas avoir trop de nuages et les photographes sont très heureux!

Il y a beaucoup d'endroits où se positionner, certains très connus et très courus. Mais quand on conduit, on peut être surpris par une déferlante, alors on se gare comme on peut, on shoote comme on peut.

Plus difficile, les grues au sol : en général elles se placent à bonne distance (mauvaise distance pour le photographe).

Chance et persévérance sont recommandées, comme toujours.


Gérard et moi-même vous présenterons quelques images. 

Pas tout de suite, il y a un peu de sélection à faire...


Michel



bottom of page